/>

Cotisations de sécurité sociale pour les employés

De votre salaire brut sont d’abord déduits 13,07 % de cotisations de sécurité sociale du salarié, que l’employeur verse à l’Office national de sécurité sociale (ci-après : ONSS). Pour les ouvriers, ce pourcentage est calculé sur le salaire brut, majoré de 8 %, car ils reçoivent leur pécule de vacances de la caisse de vacances, financée par ces cotisations. 

L’employeur paie également les cotisations de sécurité sociale pour ses employés. Celles-ci sont calculées sur la base du salaire brut de l’employé et ne sont pas enlevées de celui-ci. Depuis le 1er janvier 2018, elles s’élèvent à 25 % pour les employés et à 30,57 % pour les ouvriers. Les cotisations patronales des ouvriers sont encore plus élevées car, à nouveau, leur pécule de vacances est payé par la caisse de vacances, qui est alimentée par les cotisations de sécurité sociale. De même, en plus de cette cotisation patronale pour l’ONSS, l’employeur doit payer d’autres cotisations diverses qui sont calculées sur la base du salaire brut du travailleur.

Enfin, des cotisations spéciales de sécurité sociale doivent également être versées en plus des cotisations de sécurité sociale susmentionnées. Celles-ci sont calculées sur les salaires trimestriels et sont également déduits et payés par l’employeur. 

Retenue à la source pour les employés

Après avoir déduit la cotisation de sécurité sociale de l’employé, l’employeur prélève également un impôt à la source sur ce salaire brut imposable qu’il transmet ensuite à l’administration fiscale. Le montant de la retenue à la source dépend de plusieurs facteurs, notamment de l’état civil du salarié ou du nombre d’enfants à charge. Il s’agit d’un paiement anticipé de l’impôt sur le revenu des personnes physiques. Une fois par an, l’employé soumet sa déclaration de revenus et le calcul final est effectué. Il est possible que des paiements supplémentaires doivent être effectués en plus des avances ou qu’un excédent d’avances puisse être récupéré. 

Pour calculer le revenu professionnel net imposable auquel s’applique l’impôt sur le revenu des personnes physiques, on procède d’abord à une déduction des coûts. Vous avez le choix entre une déduction forfaitaire de 30 % des coûts (jusqu’à un certain plafond) ou les coûts réels. L’administration part automatiquement du principe que vous optez pour la déduction forfaitaire. Si vous optez pour les coûts réels, vous devez également être en mesure de prouver les coûts avancés.

Payer moins grâce à l’optimisation fiscale

Il est clair qu’une grande partie de ce que l’employeur paie ne revient pas à l’employé. Heureusement, nous avons la liberté de choisir la voie la moins imposée et pouvons optimiser le paquet salarial à l’avantage de l’employé et de l’employeur.

Par exemple, l’employeur peut accorder des avantages en nature à l’employé qui sont imposés à un taux inférieur. Il est aussi possible de choisir de verser à l’employé une indemnité de droits d’auteur. Dans certaines limites, ces revenus sont considérés comme des revenus mobiliers et sont donc beaucoup moins taxés. D’autres compensations ou primes peuvent également offrir des avantages fiscaux. Par exemple, l’employeur peut accorder des chèques-repas à l’employé. Ceux-ci sont exonérés de cotisations de sécurité sociale et de retenues à la source sous certaines conditions, notamment l’obligation pour le salarié de verser une cotisation personnelle tirée de son salaire net. Dans certains cas, la retenue à la source peut également être réduite.

La combinaison de mesures qui permet d’atteindre l’équilibre idéal entre les coûts les plus bas possibles pour l’employeur et le revenu net le plus élevé possible pour l’employé est un véritable exercice de calcul. Il est donc toujours judicieux de demander à un expert de faire ce calcul pour vous et ainsi s’assurer que vous fonctionnez de la manière la plus favorable.

En savoir plus

Les avantages extra-légaux

Les avantages extra-légaux

Les avantages extra-légaux constituent une part importante de la rémunération d’un employé. Ils peuvent prendre la forme (i) d’avantages de toute nature (ATN), (ii) d’avantages sociaux ou encore (iii) de frais propres à l’employeur.

Sécurité sociale des salariés

La sécurité sociale des salariés

La sécurité sociale est un filet de sécurité qui nous assure un revenu de subsistance lorsque notre revenu professionnel diminue en raison d’une incapacité de travail, du chômage ou de la retraite. Pour certaines charges, comme l’éducation des enfants, il existe également un complément à ce revenu de remplacement.

L'impôt sur le revenu pour les salariés

L’impôt sur le revenu des personnes physiques pour les salariés

Chaque résident belge paie un impôt sur les revenus qu’il perçoit au cours d’une année. Pour les salariés, les avances sur l’impôt sur le revenu des personnes physiques sont versées tout au long de l’année par le biais du précompte sur les revenus professionnels. Cette retenue à la source est déduite du salaire brut par l’employeur et transférée aux autorités fiscales. Une fois par an, l’employé soumet une déclaration d’impôt à l’administration fiscale et l’impôt sur le revenu des personnes physiques dû pour l’année précédente est calculé.